Bientôt des algorithmes chasseurs de mensonges ?


@ Adèle Bailly
@ Adèle Bailly

L’algorithme fera-t-il bientôt partie de l’équipement de base du journaliste ?  Une équipe du LIRIS (Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information), participe, avec le journal LeMonde.fr et quatre autres établissements et centres de recherche, à un projet qui pourrait changer le quotidien des journalistes du monde entier.

Le projet ContentCheck a pour but d’élaborer des algorithmes capables de faire du « fact checking », en d’autres termes de la vérification d’information, un des socles de la pratique journalistique. Face à l’explosion du nombre de données publiques et à leur emploi souvent fantaisiste dans le discours politique, de nombreux médias ont mis en place des équipes chargées de vérifier point par point les chiffres dans les déclarations officielles. Les « Décodeurs » au journal Le Monde sont de ceux-là.

L’équipe Base de données de Philippe Lamarre au LIRIS travaillera donc avec les « Décodeurs » sous la coordination de l’INRIA-SACLAY, et aux côtés des Université Paris Sud et Rennes 1 et du CNRS. Le projet est financé pour cinq ans par l’Agence Nationale de la Recherche, et a reçu un financement supplémentaire via un Google Award.

Google a en effet lancé en avril le projet Digital News Initiative. Souvent accusé de fragiliser la presse avec son moteur de recherche Google News, le géant du web va ainsi financer des initiatives technologiques et projets de recherche pertinents pour le journalisme. Plus de cent médias et groupes de presse internationaux y sont associés.

Pour aller plus loin
Le LIRIS (Laboratoire d’InfoRmatique en Image et Systèmes d’information), regroupant 320 membres, est une unité mixte de recherche (UMR 5205) dont les tutelles sont le CNRS, l’INSA de Lyon, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’Université Lumière Lyon 2 et l’Ecole Centrale de Lyon.   Le champ scientifique de l’unité est l’Informatique et plus généralement les Sciences et Technologies de l’Information.  Les activités scientifiques de ses 12 équipes de recherche sont structurées en 6 pôles de compétences, de 15 à 30 permanents, reconnues au niveau international : Vision intelligente et reconnaissance visuelle ; Géométrie et modélisation ; Data science ; Services, systèmes distribués et sécurité ; Simulation, virtualité et sciences computationnelles ; Interactions et cognition.

Un contenu proposé par

Cléo Schweyer

dans le cadre de



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *