Bisphénol A : “Les autorités se cachent derrière leur petit doigt”


« Bisphenol A » par Calvero. — Selfmade with ChemDraw.. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bisphenol_A.svg#mediaviewer/File:Bisphenol_A.svg
« Bisphenol A » par Calvero. — Selfmade with ChemDraw.. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bisphenol_A.svg#mediaviewer/File:Bisphenol_A.svg

Surprise ! Le bisphénol A ne présente pas de risques pour la santé, d’après l’Autorité européenne de sécurité des aliments. La réaction de Vincent Laudet, chercheur à l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu le 21 janvier 2015 un rapport très attendu sur le bisphénol A. Surprise : ses experts ont estimé qu’il “ne présente pas de risques pour la santé”.

Le bisphénol A est un composé chimique bien connu des chercheurs comme du grand public. Depuis les années 1990, la littérature scientifique et la presse ont fait connaître son action de perturbateur endocrinien.

Les pertubateurs endocriniens

L’EFSA a d’ailleurs abaissé le “niveau de sécurité estimé” en diminuant la dose journalière tolérable officielle (DJT), c’est-à-dire la quantité de bisphénol A que l’organisme humain peut absorber par jour et par kilogramme de poids corporel sans courir de risques. Elle passe de 50 à 4 micro grammes/jour/kilo de poids (si vous pesez 50 kilos, vous ne devriez pas en absorber plus de 200 micro grammes par jour).

Le rapport de l’EFSA en 5 points

Vincent Laudet, chercheur à l’Institut de génomique fonctionnelle de Lyon, a publié en 2014 une étude montrant les impacts de l’exposition au bisphénol A à faible dose. Il propose quelques éléments de réponse pour expliquer le résultat de l’expertise menée par l’EFSA.

Sur quoi porte l’étude que vous avez publiée l’année dernière ?

Nous avons identifié un récepteur appelé ERRγ, dont le fonctionnement est encore assez méconnu mais dont on sait qu’il joue un rôle important par exemple pour le développement de l’oreille et dans la régulation du métabolisme. Nous avons pu établir qu’il est 1000 fois plus sensible au BPA que le récepteur des œstrogènes. Ces recherches, qui sont menées sur le poisson-zèbre, pourraient expliquer pourquoi le bisphénol A n’est pas néfaste que sur les organes reproducteurs comme on le pensait au début, et à des doses inférieures aux doses journalières tolérables établies par les autorités.

Avez-vous contribué à l’évaluation menée par l’EFSA ?

J’ai effectivement envoyé l’article, à la demande de l’ANSES qui est membre du réseau français de l’EFSA. Ils ne m’ont pas encore recontacté. Une évaluation de l’EFSA prend deux ans et les experts figent la bibliographie au moment où ils commencent à travailler. Mon article est donc trop récent pour avoir été pris en compte.

Que pensez-vous des conclusions de ce rapport ?

Je suis très étonné. Je reconnais qu’il y a une avancée, puisque la dose journalière tolérable a été divisée par plus de douze. Mais ce qui me choque, c’est la distinction qui est faite entre les résultats proposés par la recherche privée et les résultats académiques. Cela pose, et posera de plus en plus, un vrai problème aux pouvoirs publics.

Quand les autorités sanitaires doivent prendre une décision, elles se basent sur la littérature scientifique, c’est-à-dire les différentes études publiées sur le sujet. Les études sont sélectionnées pour s’assurer que seuls les travaux “sérieux” seront intégrés à la réflexion. Ce qui pose problème à mon avis, ce sont les critères de sélection. Ils sont basés sur ce qu’on appelle les “bonnes pratiques de laboratoire”, qui sont impossibles à atteindre dans le public faute de financement suffisant de la recherche.

Pourquoi ?

Ces bonnes pratiques concernent les processus de travail et non pas la validité scientifique du travail mené. Elles considèrent par exemple que pour être considéré robuste un résultat doit avoir été validé sur un nombre X d’animaux : disons 3 000 souris pour tester l’effet d’une molécule.

« La recherche académique innovante, qui représente la pointe de la flèche, passe sous les radars et ce d’autant plus que les études les plus récentes ne sont pas prises en compte. »
Le problème est que pour satisfaire ces critères, les laboratoires publics devraient dépenser 25 à 50% de plus, ce qui est impossible dans le contexte actuel. Par contre, l’industrie chimique, elle, a les moyens ! Et ce critère unique du respect de certains processus ne permet pas de distinguer la qualité scientifique. La recherche académique innovante, qui représente la pointe de la flèche, passe sous les radars et ce d’autant plus que les études les plus récentes ne sont pas prises en compte. Tant que les pouvoirs publics n’auront pas compris cela, nous serons impuissants.

Les données académiques sont moins prises en compte parce qu’elles sont moins bonnes ?

« Je serais un industriel, je pousserais à ce qu’on généralise ce critère des “bonnes pratiques” quantitatives. On passe pour vertueux et ça tend un piège contre lequel les chercheurs du public n’ont aucun moyen de lutter. »
Non, parce que quantitativement les résultats sont moins étayés. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont moins valides scientifiquement ! C’est normal qu’un comité d’évaluation international mette la barre haut, mais je trouve que ces gens se cachent derrière leur petit doigt : il y a une pile de littérature sur les effets non monotones, c’est-à-dire non proportionnels à la quantité de substance ingérée. Elle n’est pas prise en compte parce qu’il y a toujours quelque chose qui ne va pas : pas assez d’animaux pour les expériences, des doses-réponse pas idéales… Je serais un industriel, je pousserais à ce qu’on généralise ce critère des “bonnes pratiques” quantitatives. On passe pour vertueux et ça tend un piège contre lequel les chercheurs du public n’ont aucun moyen de lutter.

Est-ce que cela veut dire, comme on l’entend souvent, que l’industrie “achète” des résultats favorables ?

Je ne dis pas que ça n’est jamais arrivé qu’un chercheur soit corrompu, mais d’une manière générale les scientifiques ne sont pas vendus à l’industrie. Les adeptes de la théorie du complot font du tort car ils empêchent de décortiquer les vrais mécanismes qui sont les critères de sélection bibliographiques et la composition des comités.

Quel rôle joue la composition des comités ?

« L’absence de pluridisciplinarité peut être un biais important. »
C’est une question de culture : les comités d’experts, dans les agences de sécurité des aliments, sont souvent majoritairement composés de toxicologues. Ils ont une culture de la dose-poison : plus la quantité de substance ingérée est importante, plus le risque est élevé. Le problème est que le BPA ne fonctionne pas comme ça. Un perturbateur endocrinien, ce n’est pas un produit toxique classique. Les biologistes ont montré des effets dits en courbe inversée, avec une dangerosité élevée à très faible dose puis qui diminue quand la dose augmente. On a d’ailleurs vu des séries d’articles où toxicologues et biologistes s’affrontaient : les toxicologues disant que ces effets en courbe inversés étaient absurdes, les biologistes les invitant à lire leurs travaux. L’absence de pluridisciplinarité peut être un biais important.

L’industrie n’a donc aucune action de lobbying, à votre avis ?

A mon avis, les industriels ont appris du passé. Des livres comme Golden Holocaust de Robert Proctor, qui décortique les méthodes de lobbying des industriels du tabac aux Etats-Unis, ont conduit les lobbyistes à comprendre que les méthodes les plus subtiles sont les plus efficaces.

« Si j’étais cynique, je vous dirais que la corruption ne vaut pas le coup : c’est cher, dangereux et sans garantie. Maintenir le doute, c’est beaucoup plus efficace. »
Je pense que l’industrie chimique a déjà abandonné le BPA : ils savent que les dés sont jetés, que nous finirons par ne plus l’utiliser. Le biais bibliographique permet de tout ralentir, ce qui est bien suffisant pour eux. Des alternatives au BPA vont de plus en plus être utilisées, le bisphénol F (BPF) par exemple. Ce qui est grave, c’est que le jour où nous publierons les premiers travaux sur les effets du BPF les industriels nous répondrons “Attendez, vous nous avez déjà fait le coup avec le BPA et finalement il n’y avait pas de risque pour la santé”.  Si j’étais cynique, je vous dirais que la corruption ne vaut pas le coup : c’est cher, dangereux et sans garantie. Maintenir le doute, c’est beaucoup plus efficace.

Illustration : « Bisphenol A » par Calvero. — Selfmade with ChemDraw.. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons


Un article de Cléo Schweyer


1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *