Le Christ marche sur l’eau : le principe d’Archimède s’en trouve-t-il ému ?


Quelle pointure pour assurer la miraculeuse flottabilité?

La marche à la surface des eaux compte parmi les 35 miracles qu’aurait accompli le Christ. Or, d’après Archimède, « Tout corps plongé dans un liquide reçoit une poussée verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume d’eau déplacé ».

Combien pesait Jésus ? 70 kg grand maximum, plus vraisemblablement 65 kg. Pour déplacer 65 kg d’eau et recevoir une poussée d’autant qui le maintienne à la surface des flots, il faut au Fils du Père des pieds d’une taille déjà assez conséquente.

Mais si on rajoute à ça les données de densité et de forme, essentielles en termes de flottabilité, notre Messie chausse du 300 et se serait vu doté d’une voute plantaire en forme de coque de bateau, pas du tout en adéquation avec les sandales romaines en vogue à l’époque !

Pour un miracle, c’est un miracle…

 

Cette question (et la réponse qui y est proposée) est issue de Les Dieux et le Père Noël sont dans une boule à neige, une résidence d’expérimentation et d’écriture de Luc Chareyron au théâtre Astrée Lyon 1.


Un article de Adèle Bailly


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *