Création Adèle Bailly (Direction de la communication/Université Claude Bernard Lyon 1)

Heure d’hiver, écrans, horaires de travail… Nos rythmes de vie sont-ils bon pour notre santé?

Vous n’avez pas pu venir à la rencontre Expresso du 23 novembre 2017? On vous raconte (presque) tout!

Invitée:

 

Ouria Benyaha, chercheure à l’Institut Cellule Souche et Cerveau

 

 

Nos questions… ses réponses !

  • Pour commencer, une petite histoire:

Michel Siffre, géologue et aventurier lyonnais, a réalisé en 1962 une expérience un peu folle: vivre deux mois à 100 mètres sous terre, sans aucune lumière naturelle, pour mieux comprendre comment fonctionnait son horloge biologique.

Il a téléphoné deux fois par jour à son équipe à la surface, au moment de son réveil et avant de se coucher. L’équipe a ainsi pu constater que Michel Siffre se décalait d’une demi-heure chaque jour: son horloge interne était calée sur 24h30 et non 24h.

Au moment de remonter, comme il avait bien tenu son journal de bord, il se croyait le 20 août… mais la date exacte était le 14 septembre.

  • Qu’est-ce que c’est que cette histoire d’horloge biologique? 

L’horloge biologique existe vraiment! Elle se trouve dans le cerveau, très exactement dans l’hypothalamus. 

Cette horloge interne est composée de deux éléments, appelés noyaux suprachiasmatiques, qui contiennent chacun environ 10 000 neurones. Elle a une activité électrique qui oscille sur une période de 23h30 à 24h30 en moyenne, selon les personnes. Cette activité électrique est contrôlée par une quinzaine de « gènes horloges » qui ont une activité cyclique.

  • A quoi sert l’horloge interne?

Nous avons en réalité 2 types d’horloge interne:

l’horloge centrale située dans le cerveau, qui coordonne toutes les fonctions cycliques du corps: le cycle veille/sommeil, l’appétit, la température du corps… Cette coordination se fait notamment grâce à des hormones comme la mélatonine;

– des horloges locales situées dans chaque organe (poumons, foie, cœur…). Ces horloges permettent d’optimiser le fonctionnement de chaque organe en fonction du contexte et de l’environnement. Elles se trouvent dans chaque cellule de l’organe en question.

Les horloges locale travaillent de façon autonome, mais elles ont besoin d’être resynchronisées en permanence, grâce à l’horloge centrale du cerveau.

  • Qu’est-ce qui règle l’horloge interne centrale? 

C’est la lumière!

C’est pour cela que Michel Siffre, au fond de son grouffre, a fini par prendre son petit-déjeuner à 19h: sans suffisamment de lumière, notre horloge personnelle se décale un peu chaque jour.

L’activité physique et la température extérieure jouent aussi un rôle, mais plus limité.

  • Qu’est-ce qu’il se passe si elle se dérègle? 

Les conséquences pour la santé peuvent être sérieuses: le travail « posté » (alternance d’horaires décalés) est actuellement classé comme « probablement cancérigène » par le Centre Internationale de Recherche sur le Cancer, sur la base des études scientifiques qui ont été réalisées jusqu’à maintenant.

Il peut aussi y avoir des conséquences sur le poids, avec la tendance qu’on a à manger plus et de manière un peu anarchique quand nos rythmes de sommeil sont perturbés.

  • Il faut faire particulièrement attention à…

La pollution lumineuse, llumière bleue surtout.

La lumière bleue se retrouve dans les éclairages « froids », et les éclairages LED en général: les écrans bien sûr (télé, tablette, smartphone)… mais aussi les ampoules basse consommation en général.

Attention donc à ne pas trop s’exposer à ces lumières le soir: pas d’écran avant le coucher, si possible pas d’ampoules LED dans les chambres.

Les études montrent que la suppression de l’utilisation des écrans avant le coucher chez l’enfant et l’adolescent permet une augmentation de la durée de sommeil d’une heure trente en moyenne.

  • La santé, une question de rythme?

Eh oui!

Nous avons perdu 1h30 de sommeil depuis le début du XXe siècle. C’est énorme! Surtout quand on connaît les conséquences du manque de sommeil sur la santé.

Les bons réflexes:

trouver ses horaires: identifier à quelle heure on a besoin de se coucher pour être en forme, combien d’heures on a besoin de dormir;

être stable, le plus possible: on évite par exemple de trop se décaler le week-end

s’exposer au maximum à la lumière naturelle, en particulier le matin: même s’il fait gris, l’intensité lumineuse est toujours plus importante dehors que dans votre bureau!

éteindre les écrans le plus tôt possible dans la soirée;

– dormir dans le noir… et en éteignant votre portable! Le sommeil permet au cerveau de se régénérer, ce qui est impossible si vous restez sur le qui-vive…

En résumé: nous sommes des êtres cycliques, mais notre mode de vie moderne a tendance à l’oublier! Pour être en bonne santé, il faut apprendre à reconnaître et respecter nos cycles.

  • Et sinon, sachez que…

– C’est vrai, on peut être plus ou moins du matin ou avoir plus ou moins besoin de sommeil… c’est comme ça, et c’est pour la vie! On peut éventuellement réussir à se décaler, mais pas à changer ses besoins;

– Seuls 1 à 3% des gens sont vraiment en forme avec moins de 7 heures de sommeil;

– Ceci dit, on a moins besoin de sommeil en vieillissant;

– Non, l‘heure d’hiver ne nous fait pas spécialement du mal: c’est la baisse de lumière qui intervient de toute façon en automne qui se fait sentir;

– La luminothérapie peut aider à passer cette période de l’année, à condition de le faire bien (au bon moment de la journée, en protégeant ses yeux…): consultez votre médecin!

– Les personnes qui souffrent de narcolepsie dorment en fait plutôt moins, et plus mal, que les autres: contrairement à ce qu’on voit dans les films, elles ne tombent pas endormies mais à cause d’une perte de tonus musculaire.

Pour aller plus loin

  • Quel est votre vrai rythme? Faites le test!
  • Le site du Réseau Morphée, pour s’informer sur le sommeil et ses troubles
  • Le film L’Exilé du temps, qui raconte l’aventure de Michel Siffre (27 minutes)

 

Cléo Schweyer

Un article de : ,

Laborantine en chef

,
Posez lui vos questions & vos commentaires...


  • Bonjour Cléo,

    Bravo pour cet article intéressant.

    N. B. : mon sommeil n’est pas terrible et je ne bois pas de café. C’est l’âge …

    Amicalement,

    Philippe Jaussaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *