Revue de Net : cuisine indienne, plasma et peau imprimée


@ Adèle Bailly

C’est lundi, c’est clicologie !

Saviez-vous que quand deux aliments se marient bien sur le plan du goût, c’est qu’ils sont compatibles chimiquement ? Un chercheur indien a appliqué ce principe dit du « food paring », ou appariement d’ingrédients, à 3 300 recettes et 588 ingrédients de son vaste pays. Résultat : un algorithme pour souffler au Tops Chefs du sous-continent des idées de chicken massala au camembert.

Comme tout le monde, vous ne faites probablement pas plus d’effort que ça pour protéger vos données d’activité sur Internet. Aeris (c’est un pseudonyme), lui, est plutôt prudent et voici ce que ça donne.

Vos souvenirs sont devenus inaccessibles ? L’optogénétique, qui permet de rendre des neurones photosensibles pour les stimuler de manière ciblée, semble être une solution prometteuse.

Jusqu’où ira l’impression 3D ? Difficile à dire, mais pour l’heure nous en sommes à la peau imprimée, un grand pas en perspective pour la chirurgie réparatrice.

Y a-t-il des limites à ce que l’on peut mettre en algorithme ? Voici que les taches brillantes que l’on voit à la surface de la Lune viennent d’être expliquées par un modèle informatique.

Oui, il y a bien de gigantesques « tubes » de plasma au-dessus de la planète Terre, dans la magnétosphère plus exactement. Une étudiante australienne vient d’en apporter la preuve, et se fend d’une petite vidéo pour expliquer sa découverte :

On termine par la perpétuellement excellente Marion Montaigne, alias Professeur Moustache, qui passe Iron Man à la meuleuse.

Bonne semaine !


Un contenu proposé par

Cléo Schweyer

dans le cadre de



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *