Revue de Net : fils de fantôme, trous noirs et cancer


@ Adèle Bailly

C’est lundi, c’est clicologie !

Nous venons de subir collectivement un week-end d’Halloween : hasard ou coïncidence, l’actu science de la semaine est un peu drapée de toiles d’araignée.

Commençons par cette histoire incroyable (mais vraie, comme souvent au début des films d’Halloween) : un homme a découvert qu’il était, génétiquement parlant… l’oncle de son fils. Et non, ce n’est pas une ricanante histoire de cocus mais bien un phénomène génétique très rare, le chimérisme. Ce papa a sans doute cohabité, quand il n’était lui-même qu’un embryon, avec un jumeau qui n’a pas survécu. Mais il a incorporé une partie de son patrimoine génétique et c’est ce patrimoine dont a hérité son propre fils. Ce cas rarissime pourrait devenir plus fréquent avec la généralisation du recours à la procréation médicalement assistée…

Et sinon : ne recommencez pas à vous chercher des excuses, le tabac donne TOUJOURS plus le cancer que la viande.

Des chercheurs californiens se sont amusés à introduire un « interrupteur neurologique » chez des souris, avec comme résultat de les envoyer au pays des rêves aussi instantanément qu’on allume la lumière.

Sans transition, un peu d’astrophysique. Pour celles et ceux qui n’ont pas mal aux cheveux en ce lundi matin, voici un (comme toujours) difficile et incisif papier du grand Stephen Hawking. Données du problème : on sait (ou du moins on pensait) qu’il était impossible de mesurer l’état quantique des particules avalées par un trou noir. En d’autres termes, trou noir = perte d’information. Or, on a pu observer qu’en réalité l’information ne se perdait pas… Comment est-ce possible ? (spoiler : l’information n’est pas dans le trou noir mais sur son horizon. Dingue non ?)

Apparemment, ce n’est pas un canular : des photos aériennes prises par la NASA mettent en lumière d’incroyables et très anciens sites archéologiques du Kazakhstan. Des réalisations encore largement énigmatiques, et qui pourraient changer notre regard sur les premiers peuples nomades.

On termine par un petit test, pas plus stupide que l’horoscope : quel-le inventeur-e êtes vous ? (j’ai mis la marque du féminin pour le principe mais il n’y a (évidemment) (?) pas de femme dans cette liste) (soupir).

Bonne semaine !


Un article de Cléo Schweyer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *