Revue de Net : les Nobels de l’absurde et un dinosaure de plus


C’est lundi, c’est clicologie !

Etudiant-e, tu viens d’entrer en PACES et c’est l’angoisse ? Youtube peut quelque chose pour toi.

Le genre humain est une chaîne avec d’un côté Mère Thérésa et à l’autre extrémité Dexter. C’est plus ou moins la conclusion d’une étude parue cette semaine dans la revue PNAS sur les aspects neurologique de l' »altruisme extrême ». Il semblerait que leur configuration cérébrale soit l’exact opposé de celui des psychopathes, et qu’un « continuum » de degrés séparent les deux cas de figure.

Monsieur Spock serait fier : une équipe suisse vient d’annoncer la téléportation d’un photon sur une longueur de 25 km. C’est la téléportation de son état quantique, donc un transport d’information et non de matière, mais c’est tout de même une jolie performance.

Sinon vous avez passé un bon week-end ? Au cas où vous seriez de meilleure humeur que moi trop bonne humeur, voici des photos de paysages de rêve, avant-après le réchauffement climatique. Non non, de rien.

Ah tiens, encore un nouveau dinosaure. Il a un grand nez, celui-là (du coup ils l’ont appelé Rhinorex) (véridique).

 

Le Rhinorex ((Julius T. Csotonyi, NC State)

Enfin une solution simple, discrète et économique aux problèmes de selfies.

Les IG Nobel, qui récompensent chaque année les découvertes les plus insolites, ont encore frappé : les lauréats auront contribué à montrer, en  vrac, être propriétaire d’un chat peut être mauvais pour la santé mentale, que les peaux de banane sont effectivement très glissantes et que les rennes de l’Arctique s’enfuient quand ils croisent des humains déguisés en ours polaires.

Vive la science, et bonne semaine !


Un contenu proposé par

Cléo Schweyer

dans le cadre de



1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *