Avec les avancées scientifiques actuelles, particulièrement celles des biotechnologies, le transhumanisme est un sujet de débat actuel très controversé. Or définir ce qu’est l’humain, poser des limites aux modifications corporelles, mesurer les enjeux éthiques … ces débats contemporains sont bien connus des amateur.rice.s de science-fiction.

 

Avoir les sens surdéveloppés, lire dans les pensées des autres ou encore devenir immortel, de nombreuses œuvres de science-fiction dépeignent des hommes et des femmes aux capacités transformées par la science ou la technologie.

Ces œuvres s’inspirent d’innovations scientifiques et technologiques. Mais qu’en est-il vraiment ? Les avancées scientifiques dans le domaine permettent-elles de nous projeter dans ces fictions ?  Y a-t-il des limitations d’ordre éthique à fixer pour les recherches visant à rendre l’être humain meilleur voire idéal ?

L’équipe DéMesures a effectué un micro-trottoir dans les rues de Lyon afin de recueillir les questions que vous vous posiez à propos du transhumanisme

 

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Notre première invitée, Irène Klein, nous définit ce qu’est le transhumanisme et les différents courants de pensées qui le composent. « « Il faut bien différencier sur ce qui se passe sur notre continent et ce qui se passe aux Etats-Unis, qui est bien plus radical, » nous précise Irène Klein. »

 

Mais existe-t-il vraiment une délimitation claire de ce qui est transhumaniste ? Est-ce que toute forme de technologie est transhumaniste ? Nous utilisons après tout au quotidien des lunettes, voire des prothèses pour soigner ce que nous considérons comme des déficiences du corps humain. Notre deuxième invité, Dorian Goueytes, nous apporte des éléments de réponse dans cet extrait.

 

Le transhumanisme, un sujet de science-fiction ?

De nombreuses œuvres de science-fiction se sont inspirées de l’idéologie transhumaniste. Quelles sont les avancées actuelles en recherche dans le domaine ? Et les technologies commercialisées ? On est encore loin de voir des policiers cybernétiques, tel Robocop, à chaque coin de rue :

 

Les œuvres de science-fiction ont plutôt une vision pessimiste de ce que pourrait apporter le transhumanisme. Comment pourrait-on dé-diaboliser le transhumanisme aux yeux de la population ?

 

Comment ces technologies sont-elles intégrées au sein de la société ?

Si les dystopies transhumanistes mises en avant par la littérature ou le cinéma sont encore loin d’être réalisables, les progrès technologiques dans le domaine de la médecine et des bio-technologies ne peuvent pas être ignorés. Face aux dérives qui peuvent découler de ces progrès, notamment les dérives eugénistes, comment fixer les limites éthiques aux avancées technologiques et scientifiques ? Et comment faire en sorte que le pouvoir décisionnel ne revienne pas aux entités qui ont la mainmise sur ces technologies ?

 

Merci à DéMesures d’avoir animé cette émission de sciences pour tous ! Pour écouter l’émission au complet :

(Petit erratum à partir de 29’41 : l’ovocyte est le gamète femelle, or c’est l’embryon qui est implanté dans l’utérus lors de la fécondation in vitro)

 

Invité.e.s

  • Irène Klein, étudiante en master philosophie éthique et bioéthique à Bruxelles
  • Dorian Goueytes, doctorant au CNRS spécialisé dans les interfaces cerveaux-machines

Pour aller plus loin :

  • HOTTOIS, Gilbert et MISSA Jean-Noël et Perbal Laurence, L’humain et ses préfixes, une encyclopédie du transhumanisme et du posthumanisme, Paris, Vrin, 2015.
  • HOTTOIS, Gilbert, Le transhumanisme est-il un humanisme ? , Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2014.
  • Theresa Vaughan : http://www.neurotechcenter. ,et la présentation de leur approche : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/
  • Pour la philosophie du transhumanisme par les transhumanistes  : https://books.google.fr/books/

 

 

stephanie.masson

Un article de : , ,
Posez lui vos questions & vos commentaires...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *