Aller au contenu

Pourquoi fait-il très froid 3 jours au mois de mai ?

Pourquoi la période de “froid” du mois de mai, qu’on appelle les Saints de glace, tombe-t-elle à ce moment-là ? La réponse d’Alain Miffre de l’Institut Lumière Matière.

La période dite des “Saints de glace” est située traditionnellement les 11, 12 et 13 mai de chaque année. On célèbre ces jours-là respectivement Saint Mamert, Saint Pancrace et Saint Servais.

Croyance populaire ou dévotion religieuse, ces saints sont invoqués par les agriculteurs pour éviter le gel de leurs plantations sous l’effet d’une baisse de la température qui s’observerait à cette période. On trouve ainsi plusieurs dictons populaires qui recommandent d’attendre que les Saints de glace soient passés pour procéder à de nouvelles plantations : “Avant Saint-Servais, point d’été ; après Saint-Servais, plus de gelée“, par exemple.

Alors, pourquoi les Saints de glace ont-ils lieu au mois de mai ?

Une première hypothèse a consisté à considérer qu’à cette période de l’année, la Terre, dans son orbite autour du Soleil, pourrait traverser un nuage de poussières réfléchissant le rayonnement solaire. Cette hypothèse s’est vite révélée erronée puisqu’ aucun satellite n’a observé ce type de poussières pendant les Saints de glace.

L’explication scientifique n’est en effet pas de nature astrophysique mais d’origine climatique.

Sous nos latitudes moyennes de l’hémisphère Nord, le passage de fronts froids, amenant de l’air du Nord se produit couramment durant l’hiver. Ainsi, pendant l’hiver, des masses d’air froid parviennent à nos latitudes et provoquent des épisodes de froids parfois très rugueux. Cette circulation atmosphérique hivernale s’achève lorsque les conditions anticycloniques estivales prennent le dessus. Toutefois, cette modification de la circulation atmosphérique, d’hivernale à estivale, s’effectue progressivement et il arrive que début mai des fronts froids venant du Nord atteignent nos latitudes.

Dans ce cas, si la présence d’un anticyclone permet de dégager le ciel, elle s’accompagne d’une perte de chaleur encore importante, surtout la nuit, et il peut donc geler même si les températures journalières ont globalement tendance à augmenter pour atteindre la période estivale. Ceci est décrit par le phénomène climatique appelé North Atlantic Oscillation.

Les Saints de glace tombent ainsi chaque année au mois de mai, car c’est à ce moment précis de l’année que la circulation atmosphérique hivernale s’achève avec les dernières descentes d’air froid polaire avant l’été. Ceci ne signifie pas pour autant qu’il va nécessairement geler les nuits des 11, 12 et 13 mai prochains : on ne peut en effet prédire avec certitude la circulation des masses d’air à une date précise. On peut en revanche prévoir, que, en moyenne, cette circulation a une probabilité non nulle de se produire.

D’intenses recherches sont actuellement en cours, notamment à l’Institut Lumière Matière, pour mieux comprendre ce type de phénomènes qui sont en lien étroit avec les questions et les enjeux liés au changement climatique et enseignés dans l’unité d’enseignement Observation par satellite et applications au climat en première année du Master de Physique.

8 commentaires sur “Pourquoi fait-il très froid 3 jours au mois de mai ?”

  1. Bonjour !

    Merci pour cet article, car en effet je me demandais pourquoi il recommençait a geler la nuit alors que nous sommes début MAI et que ici même en Belgique nous avons vécu une période “caniculaire” en avril pendant la période de Pacques ! En effet il a fait jusqu’à 26°c chez moi ! Donc ce froid mordant depuis hier m’a fort surpris ! C’est un phénomène que je ne connaissais pas, mais étant petit, je me rappelle de ma Grand Mère qui en parlait ! Cette année manifestement les “saints de glaces” ont lieu près d’une semaine en avance ! 6 Mai-7Mai peut être le 8 on verra demain matin !

  2. le 05/04/2022

    Bon jour

    La bascule entre l’hiver et l’été, ainsi qu’à l’automne sur les mouvements atmosphériques, l’axe de la Terre étant incliné par rapport au plan de l’écliptique ( le plan de sa rotation annuelle autour du Soleil), est source de rétropédalage : glace au printemps, été indien à l”automne.
    Des périodes plus froides ou moins chaudes ou plus chaudes que les précédentes, il y en a continuellement, même si les chaudes sont de plus en plus chaudes et/ou fréquentes. Cependant, les périodes froides en plein d’hiver ont peu d’effet apparent sur la végétation qui est au repos ou en graines non activées au niveau de la latitude où est située la France métropolitaine, au climat tempéré par l’air venant de l’océan Atlantique contigu . Par contre, au début du printemps où la végétation qui redémarre ou renaît à partir des graines, est sensible au froid comme un bébé , les effets apparents sont forts.

    Le vivant, l’humain particulièrement, en est affecté pas seulement corporellement. Le poids de la mémoire, et de nos perceptions et ressentis au jour le jour a d’autant plus d’influence sur notre état, que nous apprécions et traitons les faits nous informant de ce qui l’entoure et nous contient, relativement à ceux précédents et à nos espérances et rêves d’agréments. Notre raison en est troublé.
    Nos désirs de précocité, d’être le premier , d’avoir en premier, le plaisir à manger avant son voisin, les premiers fruits, et par ailleurs et dans tout nos choix, de privilégier les moyens permettant d’en tirer les plus grands plaisirs et/ou les plus grands bénéfices financiers ou en terme d’images, d’apparences, …, nous pousse à faire l’impasse sur le gel des bourgeons lors de leur débourrement au printemps comme sur les effets néfastes de certains de nos choix de production et/ou des moyens mobilisés et activés pour les produire.

    Ne serait-il pas sage de transiter vers un autre but existentiel que de susciter des catastrophes, de s’en lamenter, et d’en faire porter la responsabilité et/ou les remèdes sur autrui, sans intervenir sur les causes qui sont de notre fait?

    Puissions nous faire des gels de printemps une force pour nous décongeler de nos infantilités (alors que nous nous considérons comme étant adulte).

  3. Merci c‘est très bien expliqué et cela m’a bien aider à comprendre ce phénomène. Cette explication va me faciliter la tâche pour mon exposé à l’école !

  4. Merci.
    Un mois avant cette période de risque non nul de gelée en mai, je vais quand même tenter de planter des pieds de tomates et de courgettes en pleine terre actuellement en petits godets. Mais je leur creuserai un trou très profond de 20 cm et je les déposerai en biais pour encourager les plantounes à produire plus de racines …… puis je comblerai avec un fort volume du compost que je produis moi-même en broyant tous les déchets verts qui me tombent sous la main. En cas de froid, je ressortirai le voile d’hivernage. En précisant que je vis dans une zone intermédiaire entre la Côte d’Azur et les montagnes de l’arrière-pays niçois et qu’enfin je garderai —sous le coude— en serre quelques pieds sous serre.
    Claude Le Jardiniais.

  5. Ne pourrait-on pas voir une opposition (6 mois) avec l’été de la Saint Martin qui rapporte une période plus clémente au mois de novembre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.