Les pédagogies alternatives, Montessori en tête, ont le vent en poupe actuellement, notamment dans les médias. Mais que connaît-on réellement des effets d’une telle pédagogie sur les apprentissages ?

Cet article a été initialement publié dans le n°10 du magazine Les essentiels de l’ESPE (décembre 2016)

 

Si un bon nombre des principes au cœur de l’éducation Montessori sont largement soutenus par les sciences cognitives (le libre choix, la coopération et l’apprentissage par l’action), les preuves de son efficacité manquent encore, principalement parce que toutes les études actuelles ont des limites importantes (par exemple l’absence de
randomisation des groupes et le milieu socio-économique élevé des enfants étudiés).

la randomisation

Vers une éducation « basée sur les preuves »?

Marie-Line Gardes est maître de conférence à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE) de l’Université Claude Bernard Lyon 1, membre de l’équipe Cerveau, Comportement et Apprentissage qui va mener une étude inédite sur l’efficacité de la « méthode Montessori »: « L’objectif principal de notre recherche est de savoir si l’utilisation de la pédagogie Montessori en école maternelle peut avoir des effets bénéfiques, à court comme à long terme, par rapport à l’école traditionnelle pour les enfants issus de milieux sociaux défavorisés« , explique la chercheure.

Ce projet, financé par l’Institut Carnot de l’Éducation, implique la collaboration entre une équipe de chercheurs en
psychologie et neurosciences et des professionnels de l’éducation. Il constituera un des quelques exemples de recherche basée sur des preuves en éducation en France.

La méthodologie de recherche consiste en une double étude, transversale et longitudinale, randomisée contrôlée sur un échantillon d’enfants dans une école maternelle publique de milieu défavorisé (Ecole Maternelle Ambroise Croizat à Vaux-en-Velin).

l'étude transversale
l'étude longitudinale

Quels impacts de Montessori sur les apprentissages?

L’étude transversale a pour but d’évaluer l’impact cognitif de l’approche Montessori. Nous comparerons ainsi les capacités cognitives (compétences mathématiques, compétences verbales, compétences sociales et contrôle  exécutif) des enfants de 5 à 6 ans des classes Montessori à celles des enfants du même âge dans des classes traditionnelles. L’étude longitudinale a pour objectif d’évaluer l’impact cognitif de l’approche Montessori sur des
élèves de maternelle pendant 3 ans.

Le projet pourrait apporter une preuve de l’efficacité de la pédagogie Montessori dans les quartiers défavorisés ainsi que des éléments sur la possibilité de mettre en application l’approche Montessori à plus grande échelle. Ces résultats pourraient ensuite constituer un apport pour la formation des enseignants notamment autour des
questions de l’apport des sciences cognitives pour l’éducation et de la mise en garde contre certaines dérives des approches dites neuropédagogiques.

Nos expert·e·s invité·e·s


Cléo Schweyer

,

Laborantine en chef

, vous a proposé ce contenu.
Posez lui vos questions & vos commentaires...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *