7 doctorant·e·s  de l’université Lyon 1 participent à la finale locale de MT 180. Nous vous proposons à travers des portraits ludiques de découvrir qui se cache derrière ces jeunes chercheuses et chercheurs.

👨‍🔬 Ton quotidien de chercheuse

Pour aller au labo : plutôt tram ou vélo ? Je viens à pieds !

Qu’est-ce que tu fais le matin en arrivant au labo / à quelle heure commences-tu ? J’arrive à 9h, ou à 10h si je suis allée faire du sport avant. Je prépare un café en attendant que mon ordinateur (un peu lent à charger) se mette en route, et je prépare mes manip’.

Plutôt Thé ou café ? Café !

Qui sont tes voisin·es de bureau (si tu en as) ? Mon encadrante et le reste de l’équipe. Nous sommes 9 au total. En ce moment au labo, nous avons aussi 5 stagiaires de M2.

Arrives-tu à déconnecter le week end ? Ça dépend… J’essaie de me déconnecter, de voir du monde mais c’est quand même assez compliqué de ne pas y penser.

 

🎓 Ta thèse

Complète : “Quand on cherche on…” : découvre ! Même si ce n’est pas ce qu’on voulait, on découvre quand même !

Le/la scientifique qui t’inspire ? Edward Jenner, une des premières personnes à avoir étudié le principe de vaccination. Je l’ai découvert pendant mes études de pharmacie. Et aussi Temple Grandin, une professeure d’université américaine diagnostiquée autiste. Elle a notamment étudié la souffrance animale des bovins d’élevage. Elle a inventé une machine qui permettait de les déstresser avant d’aller à l’abattoir !

Ce que tu préfères dans ton travail de recherche ? Le fait que ce soit un travail d’équipe, que ce soit stimulant intellectuellement, qu’on soit sans cesse obligé de s’adapter en fonction des résultats et de faire preuve de dynamisme. 

Quelle devise afficherais-tu sur la porte de ton bureau ? « C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire. » Gandhi.

 

⏱ Ta participation à MT180

Comment as-tu découvert #MT180 ? Je connais le principe de ce concours depuis un moment et je trouvais dommage que peu de pharmaciens y participent (après des études de santé, on est plus souvent à l’hôpital ou en officine que dans un labo de recherche). J’ai donc décidé de tenter ma chance.

As-tu déjà assisté à une finale ? Non, mais j’ai vu la prestation de plusieurs candidats en ligne, notamment celle d’Hadrien de Blander, un de mes camarades.

As-tu commencé ton coaching, ta formation ? Est-ce que tu répètes déjà en te chronométrant ? Je commence le coaching très bientôt et je répète mon texte (déjà fixé) deux fois par jour.

Un mot pour résumer ton état d’esprit, avant la finale ? Surexcitée.

As-tu invité des personnes de ton entourage à venir t’encourager pour la finale locale ? Oui : mes collègues, mes frères et soeurs, et quelques copains. J’espère qu’ils auront pu s’inscrire et avoir une place.

 

🙈 Ta vie perso

De Lyon ou d’ailleurs ? J’ai fait toutes mes études à Lyon mais je suis originaire de Saint-Malo.

Que faisais-tu il y a 5 ans ? J’étais en pharma, sur le campus Rockefeller, juste à côté !

Combien de tes proches comprennent clairement ce que tu fais dans la vie ? Avant mon inscription à MT180 : mon frère (étudiant en biologie) et un peu ma soeur. Maintenant que j’ai expérimenté mon pitch sur quelques membres de ma famille, un peu plus !

A ton avis, qui sera la personne la plus fière (hormis toi) quand tu soutiendras ta thèse ? Mes parents, mes frères et soeurs… et mes encadrants.

Tes hobbies, passions ? Livre / film / album / série que tu apprécies particulièrement ? Je lis beaucoup de récits de voyage, je fais encore un peu de saxo et de piano (des restes du Conservatoire), je voyage, je dessine.

Le lendemain de ta soutenance, qu’est-ce que tu feras ? Je dormirai, bien sûr.

Et la vie après ta thèse, tu l’imagines comment ? Une vie assez dynamique, plutôt à l’étranger en post-doc. Mon objectif, c’est de devenir enseignante chercheuse en France ou au Canada.

 

La finale se déroulera le 17 mars 2020 au Grand Amphithêatre de l’Université de Lyon. Pour voir Camille expliquer en 180 secondes son sujet de thèse “Caractérisation des mécanismes moléculaires de la tolérance aux inhibiteurs de tyrosine kinase chez les patients présentant un adénocarcinome pulmonaire”, Inscrivez vous ici

crédit photo Eric Le Roux – direction de la communication Lyon 1

Matthieu Martin

Un article de : , ,
Posez lui vos questions & vos commentaires...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *