Comment les sciences regardent-elles l’enfance? Peuvent-elles nous aider à mieux choisir nos stratégies d’éducation et de soin aux tout-petits?

Que vous ayez le bonheur d’être parent, que vous nourrissiez ce projet pour dans plus ou moins longtemps, que vous viviez heureuse et heureux avec le choix de ne pas avoir d’enfants… vous avez très probablement un avis sur l’enfance. Et la science qu’est-ce qu’elle en pense ? Et bien, tout comme la société dans son ensemble, la science, ou plutôt les sciences, ont connu une lente prise de conscience des particularités de cet âge de la vie.

Ni adulte miniature ni adulte pas fini, l’enfant est maintenant un sujet à part entière dans la société, et pour les scientifiques un objet d’étude en tant que tel. D’ailleurs, il semblerait bien qu’être parent aujourd’hui implique de prendre position dans les débats scientifiques autour de l’enfant, de l’enfance, de l’éducation…

Alors, est-ce qu’on se dirige vers des sciences de l’enfance, comme il y a des sciences de l’éducation ? Comment la recherche scientifique et la société, en premier lieu les parents, dialoguent-elles sur le sujet ?

  • Le simple fait qu’un projet de recherche comme le BabyLab Lyon existe montre que notre vision des bébés et des très jeunes enfants a changé, souligne Olivier Mascaro. On sait aujourd’hui que les enfants ont dès leur naissance des compétences, voire des connaissances: l’enfant n’est plus vu comme une page blanche :

Extrait 01 : L’enfance n’est pas une page blanche

  • Comme le fait remarquer Béatrice Kammerer, le débat actuel en éducation est autour de l’idée de démocratie familiale, avec un enfant vu comme un sujet à même de prendre des décisions qui le concernent. L’expérience montre qu’effectivement, les bébés ont tendance à choisir les activités qui les font progresser, et non seulement celles qui leur procurent un plaisir immédiat:

Extrait 02 : L’enfance entre autonomie et dépendance

  • Il est donc faux d’opposer jeu et apprentissage, comme le fait par exemple souvent l’école: l’enfant, comme tous les petits mammifères, apprend en jouant. Et si c’était justement ça, la fonction de cette très longue enfance humaine ?

Extrait 3 : Apprendre vs jouer

Invité.es

  • Béatrice Kammerer :

 Journaliste, diplômée en sciences de l’éducation, fondatrice des Vendredis intellos, association de diffusion de connaissances dans les domaines de la parentalité et de l’éducation, auteure de Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent ? La parentalité en 9 questions qui divisent, chez Belin.

 

  • Olivier Mascaro :

Chercheur en neurosciences à l’Institut des Sciences Cognitives Marc-Jeannerod (Université Claude Bernard Lyon 1/CNRS) et co-responsable du projet BabyLab. Il travaille sur la cognition sociale et la communication chez le bébé et le jeune enfant. Après avoir étudié l’anthropologie, la linguistique et les sciences cognitives, Olivier Mascaro s’est spécialisé dans la psychologie du jeune enfant.

 

Ecouter l’émission complète :

Aller plus loin :

 

Cléo Schweyer

Un article de : ,

Laborantine en chef

,
Posez lui vos questions & vos commentaires...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *