Aller au contenu

[Conférence] Enfanter : pratiques et discours

L’enfantement abordé par le prisme des recherches en SHS, par le vécu des professionnel·les de santé et celui des femmes. La seconde journée d’étude du cycle “Enfanter: pratiques et discours” se tiendra le 12 mai sur le campus Rockefeller de l’Université Lyon 1. Elle s’intitule “Sanitarisation et (ré)appropriation des savoirs et des pratiques de santé”.

La naissance d’un enfant constitue un moment charnière dans la vie de parent. C’est la concrétisation d’un projet parfois longuement muri. Un instant plein d’émotions qui résonne encore dans les premiers mois de la parentalité et parfois bien après. Chaque couple et chaque personne en garde une expérience qui lui est propre. Malheureusement, l’accouchement reste encore dans certains cas mal vécu. En France, 5 à 7% des femmes sont insatisfaites de leur accouchement, rappelle la Professeure Corinne Dupont. Certes, depuis que l’accouchement est devenu un événement hospitalier – au milieu du XXe siècle -, la mortalité post-partum n’a cessé de baisser. Mais des recherches en sciences humaines et sociales ont mit en lumière la prise de pouvoir progressive du corps médical sur les corps des femmes et de nombreuses voies s’élèvent contre les violences obstétricales.

Le cycle de conférences “Enfanter : pratiques et discours” invite à interroger les différenciations sociales et les rapports de pouvoir autour de l’enfantement. Ce terme est préféré à celui d’accouchement, qui, “d’un terme actif (accoucher), est devenu passif (« être accouchée » par)“, justifient les organisateurs Elsa BOULET (chercheuse associée au Centre Max Weber) et Ronald GUILLOUX (maître de conférences à l’Université Lyon 1 et chercheur au laboratoire S2HEP).

Trois journées d’étude réuniront des chercheuses et chercheurs, des professionnel·les de santé et des actrices et acteurs d’associations pour aborder l’enfantement dans toutes ses dimensions, confrontant discours médicaux et vécu des patientes et soignant·es. Médicalisation et humanisation, retour au “naturel”, (ré)appropriation des savoirs et des techniques par les usagers, diversité des manières de devenir parent… Autant de questions qui feront l’objet d’échanges enrichis par l’apport critique des recherches en SHS, les témoignages de professionnel·les de santé et de femmes, mais peut-être aussi votre propre témoignage ! 


Le calendrier des trois journées d’étude : 

Le 27 janvier 2022 : Médicalisation, humanisation et retour au « naturel »

Le 12 mai 2022 : Sanitarisation et (ré)appropriation des savoirs et des pratiques de santé

Le 30 juin 2022 : Normes procréatives et pluralité du « devenir parent »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.