Ces revues prédatrices qui gangrènent l’édition scientifique

Ces revues prédatrices qui gangrènent l’édition scientifique

Nous avons passé au crible un corpus d’une petite centaine d’emails – ou SPAMs si vous préférez ! – envoyés à une enseignante-chercheuse de notre université, Lyon 1, pour l’inviter à publier ses articles. Et nous avons pu dessiner un portrait-robot de la revue prédatrice-type, dont nous allons vous donner en exclusivité les caractéristiques.